jump to navigation

Interaction entre l’intelligence économique et l’anticipation février 8, 2010

Posted by projetmiste in Article.
Tags: ,
add a comment

Dans un monde de plus en plus mouvant, où l’incertitude devient la règle absolue, le dirigeant a plus que jamais besoin d’anticiper pour minimiser le risque et pour assurer la pérennité de son organisation.

Dans l’entreprise, l’anticipation joue un double rôle : d’abord elle éclaire les orientations stratégiques, ensuite elle détecte les risques futurs et propose des moyens pour les surmonter. La méthode qui permet d’atteindre ces deux objectifs n’est autre que l’intelligence économique.

L’intelligence économique permet de détecter des « signaux faibles » révélateurs d’une orientation stratégique future d’une part ; mais aussi annonciateurs de risque d’autre part. En effet, ces techniques permettent une meilleure anticipation des situations à venir en dépit de la perpétuelle mouvance de l’environnement.

Ainsi, les stratégies d’information et de connaissance se mettent au service du dirigeant pour dompter l’avenir. Il en découle que l’élaboration d’une stratégie pour le pilotage de l’organisation repose sur des techniques propres à  l’intelligence économique.

L’anticipation – cette faculté suprême du stratège – est la clé de voûte de la pérennité de l’organisation. Sans anticipation, il n’y a point d’avenir dans la mesure où l’avenir d’une organisation tient en sa capacité à progresser, à inventer et à d’adapter. Si on n’est pas capable de prévoir les orientations futures du marché, on ne peut mettre en œuvre les moyens nécessaires pour conduire et accompagner ce changement. Le résultat d’un tel échec est que l’organisation ne fera pas partie des leaders, mais dans le meilleur des cas, elle sera en queue du peloton. Donc l’anticipation est une vue du futur envisagée à partir d’éléments détectés dans le présent dans le but de prendre des mesures immédiates qui conditionneront le futur.

On constate ainsi que les enjeux derrière une démarche d’intelligence économique sont primordiaux pour toute organisation. L’intelligence économique en permettant une meilleure anticipation de l’avenir, garantit le succès et la pérennité de l’organisation. C’est un outil performant de la gestion des risques stratégiques car non seulement elle est capable d’identifier les risques, mais elle est aussi capable de les traiter à la source grâce à l’anticipation de signaux d’alertes précoces.

Dans ce cadre, l’intelligence économique se doit de répondre à une exigence de rigueur. Une rigueur dans la méthode de collecte, d’identification et d’interprétation des données brutes.  Par exemple la veille stratégique nous permet de détecter des « signaux faibles » annonciateurs de changements, et les méthodes de recoupement de l’information permettront de s’assurer de l’exactitude de ces informations.

La phase suivante consiste à présenter l’information dans son contexte stratégique afin d’accentuer la nécessité d’une action rapide avant que le changement ne se réalise par les autres acteurs. C’est grâce à la maîtrise d’outils performants ainsi que de méthodes novatrices que l’intelligence économique produit des anticipations et non des prévisions (calcul de tendances à partir de données collectées dans le présent et le passé). Il est évident que la valeur ajoutée d’une anticipation est de loin supérieure à celle d’une prévision. D’où l’importance de recourir à l’intelligence économique dans une démarche de recherche qualitative de l’information stratégique.

Publicités