jump to navigation

Les projets

16 mai 2011

Technologie des batteries lithium ion pour l’automobile

La batterie lithium ion est aujourd’hui l’élément clé qui permet le développement des véhicules électriques et hybrides C’est également le poste de coût le plus important, qui occasionne la réflexion sur de nouveaux modèles économiques.

4 alliages ou matériaux différents permettent de mettre en œuvre ces batteries

L’enjeu pour les constructeurs automobiles consiste à pouvoir détecter le plus tôt possible laquelle de ces 4 technologies deviendra leader sur le marché des véhicules électriques dans les 5 ans à venir.

Dans le cadre de son projet commun, la promotion 2010 – 2011 du Mastère Spécialisé en Intelligence Scientifique, Technique et Economique d’ESIEE Paris a construit un tableau de bord permettant de détecter le plus en amont possible les évènements phares qui influenceront l’émergence d’une technologie « leader »

Ce tableau de bord est accompagné d’un « état de l’art » présentant une photographie à date de la situation de la filière des batteries « lithium ion » pour véhicules électriques et d’une base de données des véhicules électriques. Rapport téléchargeable ici

15 novembre 2010

Energies propres et Chinafrique

Troisième acteur économique mondial, la Chine suscite ces dernières années beaucoup d’intérêt. Dans ses relations avec l’Afrique, l’Empire du Milieu utilise un modèle de partenariat dit ‘’gagnant gagnant’’ qui est fondé sur l’exploitation-acquisition des ressources naturelles moyennant la construction des infrastructures de base au profit des économies et des populations des pays du Sud. Qu’en est-il pour les énergies propres ? La Chine aide-t-elle les pays africains à tirer parti des énergies renouvelables ?
Pour répondre à ces interrogations, cette étude analyse la relation sino-africaine dans le domaine des énergies renouvelables. En utilisant les outils de veille, notamment Ami software, nous avons collecté et analysé l’information pertinente issue du Web visible, invisible et 2.0. Notre étude fait apparaitre les principaux résultats suivants :

Malgré la disponibilité de nombreuses ressources vertes, l’étude montre également que la Chine et les pays africains coopèrent très peu en matière d’énergie géothermique et d’énergie solaire. Dans la filière éolienne et celle de la biomasse, la Chine ne mène aucun projet d’envergure, malgré le développement des filières du biocarburant ou du biogaz. En définitive, la Chine n’a pas l’exclusivité du marché africain des énergies. Si l’Empire du milieu a conquis des positions stratégiques dans les pays riches en ressources naturelles en ce qui concerne l’hydroélectricité, des pans entiers de coopération et des marchés intéressants restent ouverts pour les opérateurs publics et privés des pays de l’Union
européenne.

Télécharger l’étude

Le photovoltaïque

Photovoltaïque

Visualisation du positionnement de l’IRDEP au sein des réseaux d’acteurs de la filière des cellules photovoltaïques à couches minces

Le développement de la filière photovoltaïque (PV) a longtemps été freiné par le faible coût des matières fossiles et l’émergence du nucléaire pour produire de l’énergie électrique. Dans un contexte marqué par des enjeux climatiques et environnementaux critiques, la captation de l’énergie solaire s’impose désormais comme l’une des alternatives les plus prometteuses.

Jusqu’à présent, la filière PV à base de silicium, environ 90 % des panneaux solaires produits dans le monde, peine à fournir des solutions concurrentielles (rendement, coût). D’ambitieux programmes de recherche ont permis de mettre en œuvre de nouvelles technologies pour la synthèse de cellules photovoltaïques avec un coût de production compétitif et/ou un rendement supérieur.

Certains procédés ont d’ores et déjà trouvé leur application à l’échelle industrielle. L’une de ces filières de synthèse des cellules PV, les cellules à couches minces, est explorée par l’Institut de Recherche et Développement sur l’Énergie Photovoltaïque (IRDEP), le laboratoire dirigé par Daniel Lincot. Installé au centre de recherche EDF à Chatou, l’Irdep est un laboratoire mixte entre EDF R&D Energies Nouvelles, le CNRS et l’ENSPC (École nationale supérieure de chimie de Paris).

Un groupe d’auditeurs du Miste a engagé une recherche pour réaliser la cartographie du réseau d’acteurs autour de l’Irdep. L’objectif est d’analyser l’insertion de ce laboratoire dans l’univers scientifique et technique de la synthèse des cellules photovoltaïques à couches minces, rapporté aux enjeux économiques et industriels.

Les bio-capteurs

biocapteurs

Cartographie de la filière des micro biocapteurs

C’est un détecteur d’origine biologique : enzyme, anticorps couplé avec un transducteur chargé de convertir le signal biologique en un signal aisément exploitable (généralement électrique ou lumineux). La miniaturisation progressive des biocapteurs permet aujourd’hui de parler de micro biocapteurs.

Les champs d’applications sont nombreux, parmi lesquels on peut citer :

Schéma de fonctionnement :

  1. Identifier un premier groupe de chercheurs à partir de quelques documents de références
  2. Etablir une bibliographie des publications de ces premiers chercheurs.
  3. Identifier leurs universités ainsi que les départements de recherche travaillant sur cette technologie.
  4. Identifier les co-auteurs des publications,
  5. Retrouver grâce à ces co-auteurs les autres centres de recherche travaillant sur les micro biocapteurs.
  6. Etablir les liens éventuels entre les différents pôles de recherches et acteurs scientifiques du secteur.

Télécharger les résultats de l’étude

Analyser l’influence d’un département de philosophie d’une université

Cartographier les relations entre les membres d’un département de philosophie et avec les penseurs  d’autres universités ou laboratoires

Pourquoi la philosophie ne constituerait pas un sujet de veille ? A partir de cette interrogation,  quatre auditeurs du Miste se sont fixés comme objectif d’en démontrer la faisabilité en cherchant à évaluer l’influence d’un département de philosophie d’une grande grande université européenne. Ce qui se pratique couramment dans les sciences et la technologie peut être appliqué dans d’autres disciplines, moyennant quelques adaptations méthodologiques.

Il n’existe pas d’équivalent aux grandes bases scientifiques ou aux référentiels de brevets, que l’on puisse facilement interroger. Cependant, les philosophes sont bel et bien présents sur Internet à travers les références à leurs écrits académiques, les comptes-rendus de leurs interventions lors de colloques et séminaires, leurs prises de position dans les médias sur des sujets d’actualité…

La première phase du projet consiste à identifier les principaux enseignants et doctorants de l’université, puis à collecter, via un outil de veille, l’ensemble des pages web dans lesquelles ils apparaissent. Vient ensuite le travail d’analyse pour mettre en évidence les connexions entre les philosophes via leurs travaux ou leurs thèmes de réflexion communs. L’objectif final est de dresser une carte des relations entre le département de philosophie étudié et les penseurs  d’autres universités ou laboratoires.

Télécharger la présentation des résultats

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :