jump to navigation

Homo Interneticus février 28, 2011

Posted by projetmiste in Article.
trackback

Internet modifie-t-il  nos modes d’apprentissages?

La paléontologie nous apprend qu’Homo Sapiens est une espèce sociale, apparue il y a  environ 300 000 ans, qui utilise l’imitation comme méthode d’apprentissage.
Contrairement aux grands singes, cette capacité à copier fidèlement nous a permis de transmettre les connaissances de générations en générations.

L’internet, créé il y a à peine une vingtaine d’années, en nous bombardant de stimuli et d’informations, nous oblige à modifier notre manière d’acquérir les savoirs.

La Pensée Associative

En 1945, Vannevar Bush (conseiller scientifique du président Roosevelt et chercheur au MIT) a publié un article qui annonçait notre ère numérique: « As We May Think » (comme nous pourrions penser).  Il développe l’idée que nos que notre pensée n’est pas linéaire, mais qu’elle fonctionne à travers une suite d’associations.

Son analyse suggère que l’apprentissage linéaire est trop contraignant pour nous permettre d’accéder à la gigantesque bibliothèque de la connaissance humaine. Il propose donc, un mode d’acquisition des savoirs par association, beaucoup plus efficace, pour nous permettre d’évoluer dans une masse importante d’information.

Près d’un demi-siècle plus tard, c’est cette notion de liens entre l’information qui a été au cœur du système inventé par Tim Berners-Lee: le « world wide web ».
Le cerveau excelle particulièrement à exécuter les tâches proposées par l’architecture du web: sauter d’une information à une autre, associer ces éléments par catégories, et enfin construire une représentation.

Le Renard et le Hérisson

« Le renard sait beaucoup de petites choses, le hérisson en sait une seule, mais c’est une grande chose.  » Archiloque (poète grec de l’Antiquité), les Épodes.

Reprenant cette parabole grecque, Isaiah Berlin (philosophe anglais, président de la British Academy en 1974) propose de partager les méthodes d’acquisition des connaissances des humains en deux groupes : les Renards et les Hérissons.
Les Hérissons regardent le monde d’une manière centrale, avec un esprit synthétique et unifiant.
Les Renards perçoivent le monde de façon plus dispersé, avec un esprit analytique et pluraliste.

David Nicolas (professeur à University College London) a mis au point une expérience pour mettre en évidence notre conversion d’une pensée linéaire, vers une pensée associative.
Une série de questions, via Internet, est proposée à un groupe de 100 personnes de tous âges.
Le  groupe âgé de 12 à 18 ans a répondu aux questions en ayant consulté la moitié des pages internet, et en  six fois moins de temps que leurs aînés.

La génération Internet semble montrer un comportement plus proche de celui du renard.
La surcharge d’information transforme donc la façon dont la génération numérique accède à la connaissance.

Homo Interneticus

Le plus étonnant, c’est que ces changements profonds se sont produit en tout juste vingt ans.

Ce n’est pas la fin, ce n’est que le début d’Homo Interneticus.

AL

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :